<< retour

     

Marceline Desbordes-Valmore
L’Atelier d’un peintre
Edition Miroirs, 1992

Depuis la publication en 1987 du Siècle des Valmore de Francis Ambrière on connaît mieux l’existence tourmentée de Marceline Desbordes-Valmore mais a-t-on retrouvé l’œuvre de celle qui n’est trop longtemps apparue que comme une « poétesse mineure » ?
Les œuvres poétiques ont été rééditées en 1973 ; ses Contes ont paru en 1989 et les autobiographiques Petits flamands en 1991.
Voici L’Atelier d’un peintre, le meilleur de ses romans, paru en 1833 et jamais réédité intégralement.
Dans les premières années du XIXe siècle, Ondine – image juvénile de l’auteur – est une jeune orpheline qui vit dans l’Atelier que le peintre Léonard, son oncle, anime dans l’ancien Couvent des Capucines à Paris.Au milieu des élèves, des peintres amis, elle découvre la beauté, les tourments de la création mais aussi l’amour : un amour chaste, romantique mais combien cruel !
Roman d’amour, roman de la peinture dans lequel les reflets extérieurs – Paris, Douai, la Flandre – et les échos du temps – la Révolution, l’Empire – équilibrent et éclairent le microcosme d’un atelier où l’on se passionne pour la peinture alors que serpentent les pièges de l’amour.

« Ce roman où l’amour a la part de l’aigle est un grand roman de la peinture » (Aragon).



bon de commande